Qui sommes-nous ?

Elisabeth, facilitatrice d’apprentissage et directrice

Lyonnaise depuis ma plus tendre enfance, j’ai eu une scolarité classique, sans problème, mais au cours de laquelle je n’ai jamais fait de réels choix, j’ai simplement suivi des rails que d’autres traçaient pour moi. Tout cela m’a mené en faculté de droit, jusqu’à un DESS de droit notarial. Je me suis rendue compte alors que ce milieu ne me correspondait pas, et que mon véritable plaisir était de passer du temps avec les enfants, si authentiques et si justes.

J’ai par conséquent décidé de devenir professeur des écoles. Depuis 2008, j’ai enseigné dans de nombreuses classes, avec des élèves de différents âges.

Ce métier m’a passionnée. Les enfants m’ont appris énormément, et pourtant il me semble qu’il est illusoire de vouloir intéresser 30 individus du même âge, si différents, aux mêmes apprentissages.  Lorsque l’adulte référent impose un thème aux enfants, le plaisir n’existe pas ou très peu pour ces élèves, et par conséquent l’apprentissage en profondeur n’a pas lieu. Je souhaite revoir cette relation apprenant/appris, qui repose sur l’idée selon laquelle l’enfant ne pourrait apprendre qu’à l’école, en étant guidé par son professeur. Je pense que l’essentiel des apprentissages se fait de façon autonome et naturelle, car l’enfant est par nature un être d’apprentissage. 

En 2011 et 2014, je suis devenue maman, à deux reprises, et j’en ai profité pour prendre le temps de regarder grandir mes enfants. En les observant, j’ai réalisé à quel point leur soif d’apprendre est vitale, aussi vitale que le besoin de manger, boire ou dormir. Ils n’ont pas besoin d’un adulte qui prétendrait détenir le savoir et le leur transmettre. En revanche, ils ont besoin, pour grandir, de l’autre. Un autre bienveillant, encourageant, accompagnant, écoutant, et qui leur donne toute sa confiance.

Aujourd’hui à l’Envolée, mon rôle est de créer un environnement qui permette à chacun de se sentir bien, en veillant à la sécurité physique, émotionnelle de chaque membre. J’accompagne les jeunes qui passent quelques mois ou quelques années avec nous, et je travaille au quotidien mon lâcher-prise, ma confiance, tout en me libérant chaque jour un peu plus de mes peurs afin de ne pas les faire peser sur les jeunes. Je suis formée à la CNV ainsi qu’aux Cercles restauratifs, outils qui ont toute leur place à l’Envolée. 

« Les adultes doivent être attentifs et suffisamment présents pour mettre à la disposition de l’enfant les ressources qui pourront l’aider, tout en étant vigilant à ne pas chercher à le faire aller là où il n’a pas le projet d’aller » John Holt

Christian, volontaire en service civique

 

Étudiant en histoire des sciences, j’ai la joie de rejoindre l’Envolée pour l’année scolaire 2020-2021 comme volontaire en service civique. Fasciné par l’énergie, l’imagination et la curiosité des enfants, je suis convaincu que la liberté dont ils disposent en école démocratique est un levier puissant pour leur développement et leur épanouissement.  Pourquoi attendre la fin de la journée, de la semaine, de l’année ou du cursus censé constituer le cœur de sa vie active pour faire ce qui nous intéresse ? J’ai moi-même décidé de me reapproprier mes études : leurs lieux, leur temporalité, leurs sujets, en m’inscrivant à distance à l’université. Ainsi, j’ai pu traverser l’océan Pacifique à la voile et naviguer en Polynésie pendant ma licence de mathématiques, et me voici cette année dans un master d’histoire des sciences et des techniques en plus de cette mission éducative.

 

Marie-Agnès, facilitatrice d’apprentissage

 

Après un DEA en géophysique, j’ai changé de cap. J’ai passé la majeure partie de ma vie en maternelle comme institutrice au service des petits de 3-4 ans. Je garde de ce contact avec les jeunes enfants une profonde joie. Quand la retraite est venue, j’ai opté naturellement pour être bénévole à l’Envolée, pour pouvoir vivre cette expérience d’école démocratique où la liberté de se construire qu’ont les petits pouvait se prolonger beaucoup plus tard.